Licenciement verbal

À la suite de la convocation d’un salarié à un entretien préalable à un licenciement, et à la demande de ses collègues, un employeur avait, le même jour que l’entretien préalable mais avant son déroulement, organisé une réunion avec les salariés et les délégués du personnel. Lors de cette réunion, le directeur général avait affirmé que « cette démarche », justifiée par un conflit de personnes, était « irrévocable ». Le licenciement avait, en effet, été notifié au salarié 3 jours plus tard. Saisis du litige, les juges ont estimé que l’employeur avait, avant l’entretien préalable du salarié, annoncé publiquement sa décision irrévocable de le licencier. Or, l’employeur qui, avant un entretien préalable au licenciement, manifeste une telle intention prononce un licenciement verbal qui est sans cause réelle et sérieuse...

Cassation sociale, 23 octobre 2019, n° 17-28800

Source  Revue Associations N° 88 février 2020