L'association qui organise un festival de rock annuel n'est pas un commerçant

Une association qui organise, conformément à son objet social, un festival de rock une fois par an n'a pas la qualité de commerçant. Les litiges qui l'opposent à un fournisseur ne relève pas donc pas de la compétence des tribunaux de commerce. C'est ce que les juges ont décidé dans une affaire récente. En effet, ils ont estimé que le fait que l'association, dans le cadre de ce festival, employait des artistes et des salariés, détenait des licences d'entrepreneur de spectacles, vendait des billets et assurait la promotion du festival ne suffisait pas à lui conférer la qualité de commerçant dès lors que l'organisation de cet événement n'était ni habituelle ni répétée et qu'elle n'était pas réalisée dans un but lucratif et en concurrence avec les entreprises commerciales. De plus, ils ont constatés que les trois quarts des recettes de l'association provenaient de subvention publique, qu'elle ne distribuait pas de bénéfices et que les excédents étaient réaffectés à l'organisation du festival de l'année suivante.  

Cour d'appel de Grenoble, 13 juin 2017, n° 14/05081