On ne peut pas être forcé à être membre d'une association

Une société locataire dans un centre commercial se devait, d'après les termes du bail commercial, d'être membre de l'association des commerçants dudit centre. Ne souhaitant plus être membre de cette association, la société a notifié son retrait et a cessé de payer les cotisations réclamées par l'association. La Cour de cassation vient de lui donner raison « après avoir retenu que l'association ne produisait aucun bulletin d'adhésion et que le seul paiement des cotisations pendant plusieurs années ne constituait pas l'expression d'une volonté libre d'adhérer, et énoncé que les statuts de l'association qui imposent à la société d'y adhérer, sans possibilité de démissionner, méconnaissent les articles 4 de la loi du 1er juillet 1901 et 11 de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ».

 Cour de cassation, chambre civile, 27 septembre 2017, n° 16-19878, bit.ly/2zj0zya