Charte d'engagements réciproques : un bilan en demi-teinte

Afin de constater l'intérêt et la pertinence de la charte d'engagements réciproques entre l'État, le Mouvement associatif et les collectivités territoriales, un rapport du comité national de suivi et d'évaluation dresse un bilan d'étape de la charte qui a été remis au ministre chargé de la Vie associative, Patrick Kanner, le 11 avril. Il préconise d'affecter des moyens supplémentaires (matériels, humains et financiers) de manière à mieux animer les chartes. Dans la même optique, les rapporteurs proposent de « créer des outils, prévoir des événements pour faire connaître la charte et favoriser l'acculturation à la co-construction de politiques publiques ». Si la charte paraît un outil pertinent, le nombre de chartes signées est cependant demeuré faible (53 pour la première charte de 2001 et 49 pour la seconde de 2014 auxquelles on peut ajouter 5 à venir) et « la principale difficulté de l'effectivité d'une charte est l'usure du temps ». 

http://bit.ly/2ollwu9