Jean Pierre Bertrand, président de Arexcpo et de l'OPCI

Jean-Pierre Bertrand
  1. Quelle association représentez-vous ?

 

Deux associations : La première, Arexcpo, Association de Recherche et d'EXpression pour la culture POpulaire en Vendée a 9 sections, dont la seconde et OPCI-Ethnodoc. C'est en 1970 que naquit la première section de l'A.R.EX.C.PO. en Vendée, Tap Dou Païe, qui fut également le point de départ du développement de l'association. En 1975 furent reconstituées les premières fêtes traditionnelles telles que les noces maraîchines, les vendanges,les feux de la St Jean, la fête de St Pierre, les battages à l'ancienne. Cette démarche conduisit en 1977 à la création du centre de Découverte du Marais Breton Vendéen, au Daviaud, à La Barre de Monts (ouverture au public en 1981). A partir de 1976, différentes sections se mirent en place, concrétisant des activités ou des travaux bien précis, correspondant à de véritables engagements. En 1977, l'association devenait A.R.EX.C.PO. en Marais Breton Vendéen pour accroître ses moyens et assumer de nouvelles responsabilités. C'est depuis 1991, que l'association s'appelle A.R.EX.C.PO. en Vendée, pour répondre à une demande départementale.

Nous sommes basés à la Ferme du Vasais, qui est le témoignage de l'activité paysanne dans le Marais Nord Vendéen. En 1980, l'AREXCPO se lance dans sa rénovation pour en faire notre siège social, mais aussi un véritable lieu de rencontres et d'échanges culturels. Ce bâtiment est le meilleur outil qui soit pour les activités de cette association et de ses sections aux activités diverses mais complémentaires.

Pour en savoir plus sur les associations : https://arexcpo-envendee.fr/ et http://opci-ethnodoc.fr/

 

  1. Que signifie ou symbolise votre engagement bénévole ?

Pour moi, c'est du militantisme, un partage de connaissances? C'est aussi l'occasion de créer du lien social, de la solidarité ou bien encore de la convivialité.

 

  1. Pourquoi vous impliquez-vous au sein de la MDAV ?

Pour aider celles et ceux qui le demandent tout simplement. Comme tout bénévole, nous nous devons d'être solidaires et conviviaux.

 

  1. Quelles visions portez-vous sur le bénévolat ?

Le bénévolat c'est donner de son temps. Et là je pense que nous sommes rendus à un point où il va falloir départager les  bénévoles dans le comptage des adhérents. Celles et ceux qui donnent de leur temps, de leurs moyens (financiers et matériels) deviennent rares alors que celles et ceux qui viennent seulement pour recevoir sont de plus en plus nombreux. Je pense que de ne pas faire ce distinguo, aujourd'hui, est une erreur, au risque de démobiliser les "vrais" bénévoles.